le lieu
ARDECHE - FRANCE
Previous
Next

AVANT LE MOULIN

UN PEU D'HISTOIRE

Le site du Moulin d’Ozon hérite de l’histoire du Moulin Saint Antoine. Celui-ci date de la fin du XVème siècle et servait de moulin à farine, huile et drap.

En 1825, sous l’impulsion de la famille Dumas, le moulin Saint Antoine s’agrandit d’une fabrique de fil de soie appelée aussi moulinage. Le moulinage est une opération textile qui se situe après l’élevage de ver à soie (sériculture), la filature et le tissage. Il s’agit d’une technique de torsion du fil, inventée par les chinois il y a plus de 5000 ans, rapportée en Europe par les Arabes, améliorée par les Italiens au 13° siècle et perfectionnée par Vaucanson au 18°.

De nombreuses fabriques (moulinages) furent construites du 17ème au 19ème siècle en Ardèche (ex Vivarais). Le Moulin Saint Antoine est l’une d’elles. L’Ardèche comptait plus de 400 moulinages où y travaillait une main d’œuvre importante (surtout des femmes et des enfants). Le moulinage St Antoine a été actif de 1850 à 1960. Le fil de soie mouliné partait ainsi à Lyon pour être tissé. A partir des années 1960, la concurrence étrangère a fait fermer progressivement tous les moulinages d’Ardèche. Certains sont restés à l’abandon et d’autres, comme le Moulin d’Ozon, ont reçu un nouveau souffle avec des projets de gîtes, restauration, salles recevant du public…

Le site actuel renommé « Moulin d’Ozon » propose un cadre propice à la découverte de soi, aux pratiques pour retrouver ses racines, son essentiel, ses ressources.  Il se compose de deux bâtiments historiques : « le vieux moulin à farine » où s’y trouve aujourd’hui un espace de restauration et deux gîtes au bord de la rivière et le moulinage datant du 19ème siècle. Il s’agit d’une grande bâtisse de 900 m2. Dans l’ancienne usine de fabrique de fil à soie, on y trouve désormais 2 grandes salles pour accueillir du public et des activités diverses. A l’étage : des cabinets de thérapeutes, des salles plus intimistes avec l’esprit d’autrefois, un hébergement pour les stages, 2 habitations.

L’eau, très présente sur les lieux, est sacrée, car jadis, elle a permis le travail sous toutes ces formes (cultures maraichères, fabrication d’huile, farine, tissus, fil à soie). Les vieilles roues du moulin encore présentes sur le site témoignent d’elles-mêmes. Aujourd’hui, car nous souhaitons qu’elle puisse ressourcer, inspirer, purifier, apaiser les visiteurs qui s’y connectent.

... ET MAINTENANT